Blog de Christophe Girard, militant à Saint-Denis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - européennes

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 27 mai 2014

Election Européennes : Déclaration du SN du Parti de Gauche

Le Bureau National du Parti de Gauche reviendra plus amplement ce week-end sur les élections européennes et les enseignements à en tirer. En attendant, voici la première réaction du Secrétariat National après sa réunion de lundi soir.

Le résultat des élections européennes constitue une nouvelle terrible pour notre pays. Pour la première fois depuis la libération, un parti d’extrême droite est en tête dans une élection générale. Certains voudraient relativiser le danger en tablant sur le nombre élevé d’abstention et en considérant qu’il s’agirait plus d’un vote de rejet que d’adhésion. Nous ne partageons pas cette analyse. Bien sûr, le premier parti reste de loin celui des abstentionnistes. Mais dans ce contexte de « révolte civique », le FN dispose aujourd’hui du plus gros contingent d’électeur adhérant à ses thèmes. Cela donne désormais crédit à l’ambition du FN de prendre un jour le pouvoir dans ce pays.

La nouvelle est d’autant plus alarmante qu’aucune éclaircie ne vient du côté de la « gauche ». Le résultat global des partis qui s’en réclament la renvoie à ses plus bas étiages historiques. Le PS subit ainsi son plus mauvais score de toutes les élections. Certes le FDG est la seule force de gauche à conserver son résultat de 2009 et même à gagner des voix (+ 158 478 en France métropolitaine) mais cela reste sans rapport avec ce qui serait nécessaire. Nous ne bénéficions en effet pas de la dégringolade du PS et d’EELV. En outre nous perdons un député européen en la personne de Jacky Hénin.

François Hollande et Manuel Valls sont, de loin, les premiers responsables de cette situation. Leur politique désoriente profondément la population et notamment les classes populaires. A ce discrédit s’ajoutent les dégâts de l’Union européenne : elle n’est à juste titre en rien considérée comme une protection mais comme une menace contre les peuples. Force est de constater que l’ensemble des partis se réclamant de la gauche, même ceux qui s’opposent à ces politiques, sont sanctionnés.

Le calendrier extrêmement resserré entre les municipales et les européennes et la façon éhontée dont le gouvernement a organisé cette campagne ne nous ont pas aidé à mobiliser les électeurs. En favorisant à l’extrême le FN et plus généralement la bande des trois FN/UMP/PS, en survalorisant les thèmes comme l’immigration, les medias audio-visuels portent également une responsabilité dans la situation. Tous les relevés des temps d’antennes effectués par le CSA en font foi.

L’incapacité du FDG à présenter la même stratégie nationale lors des municipales et européennes, a contrario du FN, ne nous ont évidemment pas aidé non plus. Nous l’avions annoncé, cela s’est vérifié.

Le moment est donc grave. Car la « crise » n’est pas derrière nous. Elle mine et déstructure toujours plus profondément nos sociétés. Les bouleversements sont donc devant nous : dans la course entre une issue ethnique et nationaliste à la crise et celle que nous proposons, le FN a pris encore un peu plus d’avance. Ce n’est heureusement pas vrai partout comme le montrent les bons résultats de Syriza bien sûr mais aussi de l’autre gauche en Espagne et au Portugal.

Tous ceux qui à gauche s’opposent à la politique du gouvernement ont donc une grande responsabilité. L’addition des listes de gauche non gouvernementales est un motif d’espoir : elle nous place largement devant le PS. Au sein de ce dernier, se répercute également cette critique de l’action de François Hollande. Le pire est désormais devant notre porte. Nous pouvons encore l’éviter bien sûr. A la condition déjà de nous rassembler le plus largement possible mais débarrassés de toute ambigüité avec la politique suivie. Le PG se déclare disponible pour tout ce qui irait dans ce sens à commencer bien sûr par les initiatives avec nos partenaires du FDG. Nous allons également proposer dans les jours à venir des rencontres avec toutes les autres forces concernées : EELV, personnalités et regroupement de socialistes critiques, Nouvelle Donne, NPA, LO etc…

Mais notre objectif premier doit être de mettre en mouvement la société elle-même. Or la campagne européenne et l’action naissante des collectifs unitaires ont permis de mettre au premier plan le traité transatlantique. C’est la bonne nouvelle de ces Européennes. Il faut donc l’amplifier. Contre lui nous pouvons en effet relancer la grande mobilisation citoyenne qu’avait été celle contre le TCE. Ce peut-être et cela doit être la première bataille unitaire de la gauche politique, associative, syndicale qui ne renonce pas à l’emprise du néo-libéralisme. Cela doit se faire sans tarder avec des objectifs de mobilisation. Chacun doit faire des propositions en ce sens. Le rejet du TAFTA permet de construire une opinion majoritaire contre le libéralisme et le productivisme qui entre de plein pied dans la vision écosocialiste. Pour nous, le combat continue : nous devons être à la hauteur du moment historique. Les peuples souffrent aujourd’hui d’un système économique inhumain qui les menace dans leur vie quotidienne. Santé, emploi, services publics, écologie : des mesures concrètes et radicales sont toujours plus urgentes. Le Parti de Gauche s’emploiera à les faire émerger.

mardi 13 mai 2014

Clip officiel du Front de gauche pour les élection européennes


Clip officiel du Front de Gauche par lepartidegauche

mercredi 9 octobre 2013

Les députés socialistes sont au nombre de 8 !

L’allongement progressif de la durée de cotisation jusqu’à 43 ans en 2035, l’un des points névralgiques et controversé de la réforme des retraites du gouvernement Ayrault, a été adopté cette nuit à l’Assemblée nationale. Au PS, ils n’ont été que 8 députés, encore socialistes, à voter contre, avec Le Front de Gauche, les écologistes... et la droite pour d'autres raisons.

Ainsi on peut écrire qu'il ne reste que 8 députés PS de gauche à l'Hémicycle. Rendons donc hommage à Pouria Amirshahi, Fanélie Carrey-Conte, Nathalie Chabanne, Pascal Cherki, Jérôme Guedj, Christophe Léonard, Barbara Romagnan et Stéphane Travert.

Pas un député PS de Seine-Saint-Denis ne se range à gauche de l’échiquier politique, ne charge le credo gouvernemental "travailler plus pour gagner moins", ni ne nous propose une autre réforme, en décidant par exemple d’assujettir les revenus financiers des entreprises à une contribution d’assurance vieillesse.

Quoi qu'ils en disent, les députés PS du département ne sont pas de gauche ! Mais les militants, sympathisants ou simples électeurs dans tout ça ? Sont-ils, comme Mathieu Hanotin, pour la règle d’or, la TVA sociale, la chasse aux Rrom, l’allongement de la durée du travail, le GMT américain hautement libéral, la casse du code du travail..? Je ne le pense pas.

Le seul vote qui s'impose à eux en 2014 est le vote Front de Gauche ou écologiste aux municipales et européennes.

dimanche 31 mai 2009

Position d'Utopia à l'occasion des élections européennes du 7 juin 2009

J'ai depuis quelque temps adhéré au mouvement Utopia qui appelle à l'émergence d'une gauche d'avant-garde fondée sur une identité écologiste, altermondialiste et anti-productiviste, capable de transformer la société, de porter de nouveaux idéaux et de les réaliser.

Utopia s'emploie à faire converger citoyens, associatifs, intellectuels et politiques, pour imaginer un projet de société fort, humaniste et fraternel, dépassant le système capitaliste. Ce mouvement politique porte ses idées au Parti Socialiste, chez les Verts, au Parti de Gauche, à la Fédération et plus largement, dans l'espace public, en France et dans le monde.

Au Conseil municipal, les idées du mouvement Utopia sont portées par Viriginie Le Torrec, maire-adjoint déléguée à la Santé, Michel Ribay, maire-adjoint à l'Éducation à l'environnement et à l’Écologie urbaine., et moi-même.

TractEuropennes2009.jpg A l'occasion des élections européennes de dimanche prochain, nous diffusons un tract sur Saint-Denis.

Aujourd’hui la crise économique et sociale pour des millions de salariés en Europe c’est l’annonce quotidienne de plan de licenciements synonymes de souffrances, de gâchis, d’injustices. Cette crise a des conséquences très concrètes sur notre territoire : licenciement chez Arcelor Mittal, Vedior France… et les plus jeunes sont touchés de plein fouet.

A notre sens, l’Europe néolibérale est une impasse et ceux qui au PS acceptent cette Europe s’allient avec la droite.

Cette crise généralisée du capitalisme nous donne l’ardente obligation de réaliser une véritable mutation au sein de la gauche : nous devons repenser en profondeur nos modes de production et de consommation pour avancer sur la voie d’un développement alliant justice sociale et impératif écologique.

Le risque est tout aussi grand d’oublier la catastrophe écologique face à l’urgence de la crise économique et sociale comme il serait vain de répandre l’illusion d’un « capitalisme propre, un capitalisme vert » plus respectueux de l’environnement mais qui perpétuerait les inégalités sociales.

Alors le 7 juin, votez contre la droite,
contre l’Europe des Sarkozy et Berlusconi,
contre l’abandon des “socialistes” européens
pour recontruire la gauche,
pour une autre Europe, sociale et écologique
votez vraiment à gauche !

Cliquer ici pour visualiser le tract au format Pdf

vendredi 29 mai 2009

Les partisans de Dieudonné font de la provocation à Saint-Denis

Des "militants" de Dieudonné sont venus sur le marché pour faire leur propagande. La frontière entre l'antisionisme et l'antisémitisme est tenue. Ils la franchissent allègrement. Exemple : quand ils scandent "Les banquiers à la potence!", ce n'est pas le système capitaliste qu'ils dénoncent, mais le fait que les banquiers seraient juifs et qu'il convient de les éliminer. Vue de l'esprit ? Non, il n'est qu'à lire le tract qu'ils distribuaient : "Le Parlement européen, cette assemblée de ploutocrates mondialistes soumis au sionisme et à la finance mondialisée" ou lorsqu'ils suggèrent "l'asservissement de la France à la mafia sioniste"...

Avec quelques élus et des militants, notamment du PC et du NPA, nous avons organisé une contre-manifestation et un tractage : DIEUDONNE ET L’EXTREME-DROITE : ça ne nous fait pas rire !

Lire la suite...