Blog de Christophe Girard, militant à Saint-Denis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 18 mars 2018

Une semaine de grèves et d’actions dans l’éducation en Seine-Saint-Denis à partir du 19 mars

La semaine qui débute est placée sous le signe de la grève et d'actions dans le secteur de l’éducation en Seine-Saint-Denis.

Des actions, des grèves, des AG parents/enseignants, des soirées et des manifestations auront lieu dans le département. Les personnels convergeront à Paris le 22 mars à l’occasion de la grève nationale de la fonction publique.

Les personnels mobilisés et les parents d’élèves réclament de vrais moyens pour l’éducation en Seine-Saint-Denis :
• Construction d’écoles, de collèges, de lycées et d’universités
• Embauches massives pour toutes les catégories de personnels, réemploi et titularisation des précaires
• Classement en REP+ de l’ensemble des écoles, et établissements du 93
• Augmentation massive des dotations horaires et budgétaires de tous les établissements et écoles.

Mais aussi, parce que les réformes nationales en cours frapperont durement les élèves de notre département, qui subissent déjà de nombreuses discriminations et injustices :
• Abandon de la réforme du lycée et de la réforme du bac
• Aucune sélection à l’entrée de l’université
• Abandon du projet de réforme de l’enseignement professionnel.

En parallèle, les agents de service chargés de l’entretien, de la maintenance et de la restauration dans les collèges de Seine-Saint-Denis seront en grève ce lundi et mardi pour protester contre leurs conditions de travail. « Alors que les élèves sont de plus en plus nombreux, nos effectifs eux n’augmentent pas, voire diminuent dans certains établissements. Les absences ne sont presque jamais remplacées quelles que soient leurs durées, nous devons donc pallier le manque d’effectif en faisant parfois le double ou le triple de notre travail au détriment de notre santé », alertent les syndicats FO et Sud Education. Ces agents employés par le conseil départemental manifesteront devant l’Hôtel du Département à 9 h 30 lundi et mardi pour réclamer des moyens supplémentaires.

vendredi 9 mars 2018

Le Département défaillant sur la prévention spécialisée et la protection de la jeunesse

Suite à mon interpellation du département au sujet de sa responsabilité dans la situation de violence dans nos quartiers comme mardi à l'école Descartes, Silvia Capanema ("communiste insoumise") m'a transmis une lettre qu'elle a écrite à Frédéric Molossi (PS).

La vice-présidente à la jeunesse et la lutte contre les discriminations au conseil départemental de Seine-Saint-Denis alerte son homologue chargé de l’enfance et de la famille dans le même conseil sur les graves dangers que font peser la diminution de la présence humaine sur les quartiers et le désespoir des quelques éducateurs qu'il reste. Elle y dénonce la diminution de 500 000 € (un demi million) du financement de la prévention spécialisée.

Ce courrier de décembre dernier n'a pas eu l'heur d'émouvoir ni Frédéric Molossi ni le président Stéphane Troussel... que l'on peut, en toute logique, tenir pour co-responsables de l'insupportable intrusion et agression à l'école Descartes de Saint-Denis, mardi dernier.

Lettre Capanema -> Molossi déc 2017

mercredi 7 mars 2018

Intrusion et agression violente dans l'école Descartes : pour de vraies solutions

J'adresse toutes ma solidarité à la directrice et à l'animateur du centre de loisirs Descartes ainsi qu’à la directrice de l’école qui ont été victimes d'une agression inqualifiable qui a eu lieu lundi 5 mars dans l'école Descartes de Saint-Denis.

J'adresse aussi un message de soutien à tous les agents du service public qui malgré le traumatisme ressenti ont pris sur eux pour accueillir les enfants dans les meilleures conditions possibles dès le lendemain matin. Et bien évidemment nous sommes aux côtés des familles des enfants témoins de ces actes horribles et inacceptables pour leur témoigner toute notre sympathie et les assurer de notre volonté de luter avec eux pour que cela ne se reproduise plus jamais.

Cette violence est d’autant plus inadmissible, qu’elle a visée des agents publiques qui se dévouent au quotidien pour les enfants de Franc-Moisin. L’école et les activités qui s’y déroulent sont sacrées parce qu’elle participent de la formation et de l’émancipation de ce que tout pays a de plus cher : sa jeunesse.

La situation est d’autant plus intolérable que les premières victimes des violences quotidiennes sont les habitants des quartiers populaires qui se débattent déjà contre les discriminations, les stigmatisations et le mépris d’une partie de notre société. Comme si les drames humains et la violence sociale ne suffisaient pas.

Il faut que cela cesse ! Demandons à ce que de vraies solutions soient mises en place.

Nous nous souvenons de tous ces gouvernements qui voulaient “nettoyer au Karcher” les banlieues ou y “éradiquer la gangrène”. On voit où cette démagogie sécuritaire nous a menés.

Il faut des policiers. Plus de policiers, oui ! Mais pas des CRS qu’on envoie ponctuellement ou des Rambo qui mènent la guerre à tout un quartier en s’en prenant à tout ce qui est jeune, à tous ceux dont le faciès leur déplaît, quand ils ne s’amusent pas à enfoncer leur matraque dans l'anus des gamins. Ne réclamons pas des “forces de l’ordre”, mais des “gardiens de la paix”. Une police de proximité qui connaisse le quartier et ses habitants. Des policiers formés qui ne font pas peur à tous mais qui au contraire rassurent par leur présence efficace auprès des habitants.

Les quartiers populaires minés par le chômage sont petit à petit abandonnés. L’Etat y investit moins pour l’éducation que pour les enfants des quartiers bourgeois. Les transports y sont défaillants. Les associations voient leurs financements fondre. Le Département supprime les postes d’éducateur et n’assure pas une de ses missions essentielles : la protection de l’enfance. Les jeunes sont orientés vers des voies de garage. Même Plaine Commune, la mairie et les bailleurs publics ne délivrent pas la même qualité de service qu’ailleurs. Cela non plus ne peut plus durer !

Habitants, associations, professionnels de l’éducation et du social, syndicalistes et militants politiques, exigeons de l’ensemble des responsables (Etat, Région, Département, Plaine commune, Ville, bailleurs sociaux) le rétablissement de l'EGALITE dans nos quartiers, et à Franc-Moisin en particulier.

Et, en parallèle de cet indispensable un plan de rattrapage, il convient que l'ensemble des citoyennes et citoyens se battent pour le respect de leurs droits : l'action commune peut faire reculer la violence. Des collectifs tel que "Nos enfants d'abords", "Les mères de SFC" et tant d'autres qui œuvrent déjà dans ce but. Faisons grossir le mouvement et donnons une réalité au mot FRATERNITE qui orne la façade de nos écoles au travers du mouvement collectif qui va être mis en place par les différents syndicats, par nos agents du service public et par les familles dionysiennes.

lundi 10 novembre 2014

Madame la Ministre, chiche de venir écouter la réalité du terrain au ministère des Bonnets d’Ane ?

minBonnetAneptit.gifAlors comme ça tout ce qui pouvait être fait pour l’école en Seine-Saint-Denis a été réalisé. C’est en substance ce que la ministre de l’Education nationale brait sur son blog. Chers parents, chers enseignants, soyez satisfaits, « un plan d’action ambitieux a été mis en place dans le département ». Et la ministre de le détailler. Elle se rengorge de la création de 405 nouveaux emplois d’enseignants créés dans le premier degré et 430 dans le second degré en 2013 et respectivement 380 et 233 en 2014. C’est vrai. Mais ce "qu’omet" la ministre c’est le déficit de plus de 1000 emplois rien que pour le premier degré. De même qu’elle feint ignorer que chaque année le nombre d’écoliers accueillis dans les écoles du département croît de quelque 2500 élèves.

De même, la création d’une troisième circonscription à Saint-Denis (9 collèges, 62 écoles) est utile, mais insuffisante. Quid des personnels ? Il est prévu de recruter qu’un inspecteur, c'est tout. La charge des agents des circonscriptions dionysiennes seront inchangées. Il s’agit bien d’une mesure d’affichage.

La réalité, Madame la Ministre, c’est que l’académie de Créteil qui était en 2006 dans la moyenne nationale pour la dépense par élève dans le primaire est tombée en 2011 au 22e rang sur 26. Le rapport de la Cour des comptes d’avril 2012 relève que la dotation de l’Éducation nationale par élève est inférieure de 47% sur notre académie de Créteil par rapport à l’académie de Paris. En Seine-Saint-Denis seuls 0,9% des enfants de moins de trois ans sont scolarisés contre 13,4% en moyenne nationale.

La réalité c’est encore que les "enseignants" recrutés à Pôle Emploi en catastrophe par l’Education nationale ne sont pas tous aptes à être profs. Loin s’en faut : 10% d'enseignants vacataires non formés à Saint-Denis. Début octobre, le rectorat de Créteil a en effet mis en place une démarche inédite de "phoning". Les candidats potentiels, titulaires d'un bac + 4, sont contactés par des conseillers de Pôle Emploi. Un entretien de quelques minutes plus tard, voilà le demandeur d'emploi devenu contractuel et enseignant dans le 1er degré.

Sortez de la tour d’ivoire qui vous a permis de déclarer par deux fois à l’Assemblée nationale que « la rentrée s’est bien passée », quand à Saint-Denis, dès le premier jour d’école, 19 enseignants du 1er degré manquaient et 2 écoles ne disposaient pas de direction. Si le député Mathieu Hanotin n’a pu vous interpeller le 17 septembre lors de votre audition par la commission des affaires culturelles et de l’éducation en raison de son absence récurrente (ni depuis comme en atteste son blog) au moins écoutez le terrain. Les parents et les enseignants ne mentent pas : la situation de l’école en Seine-Saint-Denis est catastrophique.Ils sont excédés par le manque d'enseignants et le mépris des pouvoirs publics, pour lesquels vous portez une lourde responsabilité. Ces « parents révoltés par ce que vivent les enfants d'ici » disposent de témoignages éloquents sur la réalité de la scolarisation en Seine-Saint-Denis.

Madame la Ministre, chiche de venir les écouter au ministère des Bonnets d’Ane ?

Qui sait, à défaut de recruter les enseignants de qualité en nombre suffisant, peut-être arriverez-vous à convaincre la mairie d'enfin créer un accueil de loisirs à l'école Vallès et de faire en sorte que les bibliothèques dans les écoles arrêtent d'être supprimées pour accueillir de nouvelles classes...

BonnetAnneDelInstruction.jpg

lundi 13 octobre 2014

Quelques (maigres) avancées pour l'école à Saint-Denis

Les parents d'élèves et enseignants de plusieurs écoles de la ville ont manifesté leur mécontentement des conditions catastrophiques de la rentrée scolaire à Saint-Denis et du manque de moyens attribués à l'Education nationale en zone pourtant prioritaire. Ils ont été reçus par les inspecteurs de circonscription qui ont annoncé la prochaine création d'une 3e circonscription sur notre ville. Bonne nouvelle, à condition que l'on ne dépouille pas les deux premières de leurs personnels pour habiller la 3e. Il faudra être vigilant.

Par ailleurs, ce sont quelque 1540 postes qui seront mis au concours 2015 pour l'académie de Créteil ; soit environ 490 de plus que l'an dernier. Il s'agit là aussi d'une bonne nouvelle, même si plus relative. En effet, tout le monde s'accorde à dire qu'il manque 1000 enseignants de premier degré rien que sur la Seine-Saint-Denis pour un encadrement normal des enfants. Ce n'est donc pas à la rentrée 2015 qu l'égalité républicaine sera restaurée dans notre département. Et cela justifie que l'on continue à réclamer un véritable plan de rattrapage pour l'école en Seine-Saint-Denis, à l'image de celui qui avait été opéré en 1998.

Enfin, des négociations relatives à la fidélisation des enseignants sur la commune sont en cours. Il s'agirait de laisser la possibilité aux instits titulaires 1ère et 2e année de rester sur leur poste s'il le souhaite et non être contraints de changer d'école à la fin de l'année.

Quelques avancées pour l'école à Saint-Denis. Maigres. Mais toujours bonnes à prendre.

- page 1 de 5