Blog de Christophe Girard, militant à Saint-Denis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 9 mars 2018

Le Département défaillant sur la prévention spécialisée et la protection de la jeunesse

Suite à mon interpellation du département au sujet de sa responsabilité dans la situation de violence dans nos quartiers comme mardi à l'école Descartes, Silvia Capanema ("communiste insoumise") m'a transmis une lettre qu'elle a écrite à Frédéric Molossi (PS).

La vice-présidente à la jeunesse et la lutte contre les discriminations au conseil départemental de Seine-Saint-Denis alerte son homologue chargé de l’enfance et de la famille dans le même conseil sur les graves dangers que font peser la diminution de la présence humaine sur les quartiers et le désespoir des quelques éducateurs qu'il reste. Elle y dénonce la diminution de 500 000 € (un demi million) du financement de la prévention spécialisée.

Ce courrier de décembre dernier n'a pas eu l'heur d'émouvoir ni Frédéric Molossi ni le président Stéphane Troussel... que l'on peut, en toute logique, tenir pour co-responsables de l'insupportable intrusion et agression à l'école Descartes de Saint-Denis, mardi dernier.

Lettre Capanema -> Molossi déc 2017

dimanche 27 mars 2016

P$

Dans la nuit du 25 au 26 quelques citoyens rebaptisent la permanence P$ de Mathieu Hanotin.

mardi 15 mars 2016

Manuel Valls s'attaque à la politique humaniste et internationaliste de la Ville de Stains

MBarghouti.jpgLundi 21 mars la Ville de Stains est déférée devant le tribunal administratif suite à la requête du Préfet demandant au Maire de retirer la banderole "Libérez Marwan Barghouti, le Mandela palestinien une chance pour la Paix".

Le préfet argumente sur une absence d'intérêt local ainsi qu'un risque de trouble à l'ordre public. En somme afficher fièrement sur le fronton de l'Hôtel de ville les valeurs de paix et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ne serait pas dans l'intérêt des Stanois et ne relèvrait pas de la clause de compétence générale. Pis, celà risquerait de déclencher des émeutes. Foutaises que celà.

Azzédine Taïbi et l'avocat de la ville proposent de faire témoigner des stanoises et stanois qui entretiennent des projets de coopération, pour promouvoir les valeurs de solidarité, de paix et de respect du droit international.

Depuis l'arrestation de Barghouti, ses défenseurs mènent une campagne active en faveur de sa libération. Parmi eux, des importantes personnalités palestiniennes, des membres du Parlement européen et le Bloc de la paix. En janvier 2007, l'ancien premier ministre Shimon Peres avait promis qu'il signerait une grâce présidentielle s'il était élu à la présidence... mais une fois élu le 13 juin 2007, il n'en fit rien.

En mars 2008, la ville de Stains a élevé Marwan Barghouti au rang de citoyen d'honneur de la ville puis a lancé en mars 2009 le Réseau des villes et collectivités pour la libération de Marwan Barghouti. Les villes d'Ivry-sur-Seine, Valenton, Gennevilliers, La Courneuve, Pierrefitte-sur-Seine, La Verrière, Vitry-sur-Seine, Avion en font partie. En juillet dernier, le tribunal administratif de Montreuil avait annulé la délibération du conseil municipal d'Aubervilliers élevant au rang de citoyen d'honneur de la ville le leader palestinien.

Personne ne fera croire que le préfet de Seine-Saint-Denis agit de son propre chef. En l'occurrence ses ordres arrivent directement de Matignon où un apprenti sorcier souffle sur les braises du conflit israélo-palestiniens assimilant anti-sionisme et antisémitisme au dîner du Crif ou en envoyant son préfet au front dans le 9-3. Socialisme, humanisme, internationalisme sonnent aux oreilles de Manuel Valls comme des insultes. Crions-les et revendiquons-les plus fort encore.

Total soutien à Azzédine Taïbi et aux Stanois, d'autant que l'argentin Adolfo Pérez Esquivel a proposé il y quelques jours le Marwan Barghouti au comité de sélection du Prix Nobel de la paix. Il est urgent que le Maire de Saint-Denis, en soutien, affiche le soutien des Dionysiens à Barghouti sur notre hôtel de ville.

jeudi 28 janvier 2016

La constitutionnalisation de l'état d'urgence n'est pas un problème pour Hanotin

Le député de la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis n'avait pas voulu se prononcer publiquement sur la constitutionnalisation de l'état d'urgence jusqu'ici malgré différentes interpellations. Mais enfin, au détour d'une triplette de tweets (reproduits ci-dessous) il dévoile en creux sa position quant à cette question : ce n'est pas un problème qui ferait peser un danger sérieux sur nos libertés démocratiques, individuelles, sociales et politiques. Si la question de la déchéance de nationalité est évacuée il vote pour l'état d'urgence permanent.

decheanceHanotin.jpg

Le député s'était déclaré "Charlie" en janvier dernier, mais probablement est-il trop inexpérimenté pour savoir ce que voulait dire se revendiquer de Choron, Wolinski, Defeil de Ton ou autre Willem. La liberté d’information, d’expression, de manifestation et de réunion ne peut être bradée à aucun prix.

La gouvernance de la peur, celle qui n’offre aucune sécurité mais qui assurément permet de violer nos principes les plus essentiels, n'émeut pas notre député, quand bien même elle serait l'apanage de l'extrême droite. Que des militants de la cause écologique soient assignés à résidence, que des manifestations pacifistes soient interdites, que des militants politiques, associatifs et syndicalistes soient arrêtés et que les contrôles au faciès se multiplient ne troublent pas le sommeil de notre Haroun El Poussah local, sourd et aveugle aux méfaits de Manuel Iznogoud Valls.

dimanche 14 septembre 2014

Confiance au gouvernement : le député Mathieu Hanotin face à ses responsabilités

Communiqué du Parti de Gauche de Saint-Denis

Le 16 septembre 2014, le vote sur la confiance au gouvernement Valls, sera un moment de clarification politique. On saura ce que veulent les "frondeurs", et, pour ce qui nous concerne localement, Mathieu Hanotin. Souhaitent-ils s’opposer à la poursuite de la politique ultra-libérale menée par François Hollande et Manuel Valls ou ne cherchent-ils qu’à négocier quelques petits arrangements personnels avec la direction du PS ?

Mardi prochain, les députés approuveront ou non l'orientation politique du Gouvernement que leur présentera le Premier ministre et dont on connaît déjà la ligne libérale austéritaire. Pour nous citoyens, c’est l’occasion de voir quels députés socialistes et écologistes resteront cohérents avec les idéaux qu'ils prétendent défendre. Opposeront-ils un « non » catégorique aux politiques anti-sociales du Gouvernement ? Ou bien la volonté de ménager l'appareil PS en vue des prochaines élections, sera-t-elle trop forte ?

Ceux qui refuseront de donner du crédit à l’équipe de Manuel Valls ouvriront des perspectives d’une union rouge-verte-rose que nous appelons de nos vœux ; tandis que les seconds, les « malgré-nous », c’est-à-dire les abstentionnistes, s’inscriront dans la même veine que ceux qui voteront « pour » la confiance à Manuel Valls : des élus à l’image d’un président de la République moribond et faussaire ; des élus qui ne respectent pas le mandat qui leur a été confié par leurs électeurs de gauche ; des élus qui préfèrent la finance aux classes moyennes et populaires.

De ce fait, le Parti de Gauche de Saint-Denis appelle les députés "frondeurs" et notamment Mathieu Hanotin, s'ils sont encore socialistes, à faire tomber le gouvernement Valls 2. C’est possible. Et c’est souhaitable. Les menaces de dissolution de l’Assemblée ne sont qu'un écran de fumée destiné à tromper l'opinion publique ! D’autres conséquences s’offrent au Président : cela ne l’obligera qu’à constituer un autre gouvernement qui se présentera de nouveau à l’Assemblée pour un vote de confiance. Alors, la réorientation politique souhaitée par les électeurs de gauche en 2012, et en 2014, deviendra réalité avec un gouvernement d’alliance à gauche qui répond aux attentes désespérées de millions de français qui ont rejeté le libéralisme de Sakorzy. Ceux-là mêmes qui voteraient aujourd’hui contre le libéralisme de François Hollande.

Les députés de gauche pensent que la politique actuellement menée par le Gouvernement est socialement injuste, économiquement inefficace et politiquement dangereuse. Ils voteront donc CONTRE la confiance au gouvernement.

Les députés qui voteront POUR le 16 septembre entretiendront l’idée qu’il n’existe qu’une seule politique économique possible, le capitalisme prédateur, au risque de détourner encore plus les citoyens des urnes ou de laisser au FN le monopole de l’alternative politique.

M. Hanotin, votre vote ce 16 septembre engagera votre crédibilité politique. Où vous situez-vous véritablement ? Dans le camp de Manuel Valls, l’ami du Medef, ou à gauche, auprès du peuple ?

- page 1 de 3