Blog de Christophe Girard, militant à Saint-Denis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 27 mars 2015

Jeu des sept erreurs

Goldberg-tractUMP-Hanotin.jpg

Tract_Hanotin_Departementales_2015.jpg

Le titre de ce post est un piège. Preuve par l'image qu'il n'y a pas de différence dans les arguments de l'UMP (image du haut commentée par Daniel Goldberg sur Twitter aujourd'hui) et ceux de Mathieu Hanotin (image du bas) il y a dix jours...

mardi 17 mars 2015

Pour les EELV, Hanotin fait le jeu de la droite et du FN

Les conseillers municipaux du groupe Europe Écologie les Verts de la majorité municipale viennent de publier un communiqué contre la campagne menée par Mathieu Hanotin. En effet, ce dernier n'a de cesse d'attaquer les candidats sur sa gauche et mène sa campagne (pourtant départementale) contre la municipalité PC. Il serait pourtant plus utile de l'entendre sur le choix des Partenariats public-privé (PPP) par le conseil général et ses conséquences pour les finances du département. Il pourrait aussi nous expliquer pourquoi il se comporte comme un patron voyou à Marville. Il serait intéressant de l'entendre sur le bétonnage de 20% du Parc Georges-Valbon envisagé par le Conseil général. Il devrait nous expliquer pourquoi les rames du T5 sont trop petites et pourquoi on ne peut pas rallonger les quais pour transporter dignement les usagers de cette nouvelle ligne de tramway... Il est vrai qu'à la vue du bilan du PS au département, comparable à celui du gouvernement au national, il est plus facile d'éluder.

Communiqué du groupe Europe Écologie les Verts – Majorité municipale de Saint-Denis

Pour le parti socialiste « rien n’a changé à Saint-Denis » depuis les dernières élections municipales. Cette attaque en règle contre l’action municipale vient de fait entacher le travail que le groupe des élus Europe Écologie les Verts mène au sein de la majorité municipale en direction des Dionysiens.

Le PS se trompe d’élection et omet les véritables enjeux des élections départementales : le risque de voir passer à droite le département avec les conséquences que cela aura sur les politiques de solidarité et culturelles ; le danger de la montée du Front National qui confirme son implantation sur le Ville.

Le PS n’a qu’une seule cible, notre majorité qui rassemble le Front de Gauche, le Parti Socialiste de Gauche et Europe Écologie les Verts.

Nous dénonçons ces propos calomnieux du Parti Socialiste et refusons d’être instrumentalisés.

Les habitants de la Seine-Saint-Denis, les Dionysiens méritent mieux que cette manipulation électoraliste au moment où la droite convoite le Conseil départemental et l’extrême droite est toujours plus menaçante.

Cécile Ranguin, Fodil Hamoudi, Sonia Pignot, ZaIa Boughilas, Abdeljhader Chibane, Essaïd Zemouri, Béatrice Geyres.

samedi 18 octobre 2014

Mathieu Hanotin souhaite priver les collégiens de cantine en cas d'impayés

Dans une circulaire datée du 8 octobre dernier, le Conseil général de Seine-Saint-Denis recommande aux chefs d'établissements des collèges du département de ne plus accepter dans les cantines, les enfants dont les familles auraient des dettes envers la restauration scolaire.

Par cette chasse aux impayés, dont les premières victimes seront les élèves, Mathieu Hanotin, vice-président chargé de de l'éducation et de la jeunesse, via son directeur administratif, entend permettre à la collectivité de maintenir "des tarifs accessibles aux familles les moins favorisées". Une démarche d'autant plus inacceptable qu'il y a deux ans à peine, 40% des familles ont subi une hausse de 23% à 100% des tarifs de 1/2 pension, soit entre 70 et 330 € par an et par collégien. Probablement que comme en 2012 et comme sur les PPP auxquels il a recouru pour la construction des nouveaux collèges, Mathieu Hanotin parlera de "posture politicienne"... pour éviter tout débat de fond qui démontrerait qu'il mène une politique de droite.

S'attaquer aux plus démunis afin de financer une politique sensée leur être destinée est en effet indigne de quelqu'un se revendiquant de gauche. Alors que la précarité et le chômage contraignent, dans notre département plus qu'ailleurs, un grand nombre de foyers à accumuler les loyers et factures d'énergie impayés, il est du ressort des pouvoirs publics de les soutenir et non de les accabler encore et encore. Le repas du midi est trop souvent le seul repas complet des enfants de notre département. Ceux-là mêmes dont les familles éprouvent des difficultés à payer la 1/2 pension, Les priver de manger c'est tout simplement les affamer. Et c'est honteux !

lundi 13 octobre 2014

Les thuriféraires du Grand Paris sont les Lex Luthor de Smallville

André Vallini, secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, avait, au printemps dernier parlé de « dévitalisation » des départements. Sa ministre de tutelle Marylise Lebranchu (Décentralisation) annonce au congrès de l’Association des régions de France, le 9 octobre à Toulouse : « On abandonne la commune comme niveau de mise en musique des politiques publiques ». Et le Premier ministre de confirmer aujourd’hui que la Métropole du Grand Paris fera bien la peau aux intercommunalités et aux départements... à terme.

Ainsi, toutes les politiques publiques seront portées à l’échelle métropolitaine. Plus de mairie, plus de d’agglo, plus de conseil général… Dans le domaine sanitaire et social (logement public, crèches, foyers de personnes âgées, PMI, adoption, soutien aux familles en difficulté financière, hébergement et insertion sociale des personnes en situation de handicap, prestation de compensation du handicap, maintien des personnes âgées à domicile, RSA…), celui de l’enseignement ( écoles maternelles et élémentaires, collèges…) ou encore culturel (médiathèques, musées, écoles de musique, salles de spectacle, protection du patrimoine…) ou dans le domaine sportif et des loisirs (équipements sportifs, aménagements touristiques), les décisions seront prises au niveau de la métropole !

Eloignées de toutes les réalités du quotidien des habitants, des administrations métropolitaines hors sol décideront de ce qui est bon pour les uns et inutile pour les autres. On a pu voir ce que cette gestion produit. Elle a été à l’œuvre pendant des décennies avec le département de la Seine. C’est cette gestion qui a produit les majeurs dysfonctionnements encore à l’œuvre sur notre territoire : des infrastructures qui balafrent les quartiers, des regroupements d’activités polluantes, des politiques du logement de relégation, la stigmatisation des habitants, l’absence de services publics à la hauteur des besoins...

Les thuriféraires du Grand Paris centraliste -- au nombre desquels Claude Bartolone, Stéphane Troussel et Mathieu Hanotin – avancent la capacité de ce mastodonte à assurer l’égalité entre les territoires de la région parisienne.
En matière d’aménagement, comme je viens de l’écrire, l’éloignement de la prise de décision d’avec le terrain ne peut, dans une société capitaliste, que conduire, au choix, à la spécialisation et au séparatisme territoriaux où à l’éviction des populations les plus fragiles au profit de moins malheureux chassés de la Capitale.
En matière budgétaire, il est annoncé une dotation par habitant sans prise en compte des difficultés des territoires et de ceux qui y habitent. Or, nous le savons, un habitant de Seine-Saint-Denis a des besoins en services publics supérieurs à ceux d’un habitant des Hauts-de-Seine (centres de soins, accompagnement social, accompagnement éducatif, formation…). Le système de péréquation qui se met en place depuis trois ans est encore insuffisant mais commence à produire les effets de rattrapage attendus. Le Grand Paris du PS prévoit la confiscation de la perception de l’impôt pour une redistribution injuste.
En matière de logement, si certains font des efforts (insuffisants, certes, mais des efforts quand même) pour essayer d’offrir un logement digne à tous les habitants de la région parisienne, d’autres élus (y compris au PS) ne veulent même pas entendre parler de logement public sur leur commune. Ces derniers se dressent en toute impunité contre la loi SRU, renforcée par la loi Alur qui impose 25% de logement sociaux. Mais là où l’Etat se révèle incompétent pour se faire respecter, le Grand Paris (sans autorité sur les permis de construire ni le droit de pénaliser financièrement) serait en mesure d’imposer des logements publics là où il l’entendrait ? La réponse est bien évidemment négative;

Les thuriféraires du Grand Paris centraliste se rêvent en Superman de Metropolis. Il ne sont en réalité que les Lex Luthor de Smallville !

mercredi 5 mars 2014

L'ImaginR délirant de Mathieu Hanotin

Mathieu Hanotin, candidat tête de liste PS à Saint-Denis, déjà vice-président du CG93 et député, cumule aussi la duplicité et la désinvolture, à l'image de François Hollande. Le candidat à la Mairie, promet, s’il était par extraordinaire élu, de faire rembourser la carte imagin’R pour les collégiens et lycéens sur le ImaginR.gifbudget de la Ville. Or, l'élu en charge des collèges au Conseil général a supprimé ce remboursement avec ses acolytes PS en 2011. Ce remboursement avait été instauré avant 2008 par Herve Bramy alors Président communiste du département et voté par les Conseillers généraux de Saint-Denis dont Didier Paillard. Une décision pour favoriser l’aide a la mobilité (notamment des enfants des familles les moins aisées) et promouvoir le développement durable par le biais des transports en commun.

Bally Bagayoko, vice-président Front de Gauche au Conseil général, appelle à signer une nouvelle pétition pour que ce remboursement si utile aux collégiens et collégiennes et à leur famille soit rétabli sur le budget du département de la Seine-Saint Denis. C'est ici !

- page 1 de 2