Blog de Christophe Girard, militant à Saint-Denis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 26 avril 2017

Etrange affiche de Jeanne-Marine Le Pen pour le 2nd tour

Jeanne-Marine Le Pen

mardi 12 janvier 2016

Le PG contre la déchéance de nationalité et l'escalade sécuritaire

decheancenationalitepetit.jpg

mercredi 18 novembre 2015

Le Parti de Gauche de Saint-Denis porte plainte pour incitation à la haine contre Jordan Bardella, secrétaire départemental FN de Seine-Saint-Denis

Le comité PG 93-Ouest va porter plainte pour incitation à la haine contre Jordan Bardella, secrétaire départemental FN de Seine-Saint-Denis pour avoir assimilé une dionysienne à une terroriste ce 18 novembre.

Alors que les lourdes opérations de police étaient encore en cours ce 18 novembre au matin, le FN, via son secrétaire départemental de Seine-Saint-Denis et tête de liste départementale dans le cadre des élections régionales, Jordan Bardella, assimile, dans un tweet, une dionysienne voilée à une terroriste. Témoin direct des opérations de police, elle partageait simplement son traumatisme à la télé et souhaitait garder un certain anonymat, comme l'a précisé iTélé.

Bardella_Twitter.jpg

Bardella_I-Tele.jpg

Dans la foulée Jordan Bardella, se référant à ces images qu'il venait de relayer, a accusé la municipalité d'avoir transformé "Saint-Denis en terreau islamiste livré aux crimes". Cette instrumentalisation de l’horreur en plus d'être répugnante est illégale.

L’horreur de la violence injustifiable qui s'est déchaînée vendredi est absolue et les acteurs et/ou commanditaires de ces meurtres aveugles doivent être pourchassés, comme ce matin à Saint-Denis, arrêtés, interrogés et jugés. Toutefois, la tragédie que nous vivons devrait nous amener à réfléchir à ses causes afin d'y remédier plutôt que de laisser libre cours à un déferlement de propos et attitudes susceptibles de les renforcer, ou, comme ici, d'inciter à la haine de l'autre.

Le Parti de Gauche de Saint-Denis ne laissera pas salir les Dionysien-ne-s, quelles que soient leurs confessions et leurs tenues vestimentaires. A fortiori, comme c'est le cas ici, quand ces personnes sont elles-mêmes victimes indirectes des barbares se réclamant de Daesh et souhaitent se protéger.

L'intervention policière de ce matin intervient 5 jours après les attentats commis dans le Nord-Est parisien et aux abords du Stade de France à Saint-Denis, qui ont causé la mort de 130 femmes et hommes. L'émotion est forte pour tous les Dionysien-ne-s, notamment ceux qui résident autour du Stade de France et au centre-ville. Sentiment auquel s'ajoute l'inquiétude face à la recrudescence d'actes islamophobes ces derniers jours.

Le Parti de Gauche reste mobilisé pour faire face aux amalgames qui ne manqueront pas de s’abattre sur la ville de Saint-Denis et ses habitant-e-s. Nous refuserons d’être assimilés à des fondamentalistes qui n’auraient que haine et violence pour mode opératoire, quand, chaque jour, la solidarité et vivre ensemble animent une large majorité de Dionysien-ne-s dans tous les quartiers.

Face à la barbarie qui touche notre pays, le Parti de Gauche de Saint-Denis estime qu'après les opérations de police il faudra immédiatement remettre à l'ordre du jour les questions de citoyenneté, d'égalité, de dignité et de fraternité au cœur des débats.

mardi 2 juin 2015

A mes camarades sincèrement laïques qui se font instrumentaliser depuis une semaine

Je m’adresse à ceux qui sincèrement se sont rendus le 27 mai à l’hôtel de ville de Saint-Denis croyant assister à une réunion publique sur la laïcité. Son intitulé était intéressant : « combat laïque et combat social indissociables ». Il s’agit d’un enjeu majeur pour nous militants de gauche d’une ville populaire où les jeunes, ayant le sentiment (à tort ou à raison) d’être rejetés par la société française se tournent vers (ce qu’ils croient être) la religion pour construire leur identité. Et par là-même susceptible de développer nombre de dérives.

Oui, le fait religieux envahit la sphère sociale française et menace la République. Oui, il nous faut redonner une conscience de classe aux Français qui seule permet le développement social, là où la religion justifie par le divin toutes les inégalités et injustices. Oui, la laïcité est la condition sine qua non de l’harmonie non assimilationniste. Mais il ne faut pas confondre laïcité et l’islamophobie, laquelle est souvent le faux nez d’un racisme acharné.

Estimant qu’un « islamophobe notoire intervienne à Saint-Denis est une véritable provocation », une vingtaine de militant-e-s de la ville, dont des militant-e-s du Collectif Antifasciste Paris Banlieue, « se sont invité-e-s à la mairie pour empêcher le discours d’extrême-droite de s’exprimer. Face à (leur) mobilisation, les organisateurs ont dû annuler l’événement. » De notre côté, comme une symétrie à notre dénonciation de la présence d’organisations rétrogrades et communautaristes au meeting « contre l’islamophobie » le 6 mars dernier à la Bourse du travail de Saint-Denis, nous dénonçons la présence de Guylain Chevrier comme unique intervenant à la conférence organisée en mairie le 27 mai.

Guylain Chevrier est un ancien de Riposte laïque, aujourd’hui sur le site Agoravox (où l’on a pu lire un article qui prend la défense du négationniste Roger Garaudy ou un autre qui qualifie le VIH de « virus tout à fait hypothétique »). Cet "historien" se dit passionné par la laïcité comme un enjeu de société. Or la "laïcité" de Guylain Chevrier est systématiquement orientée contre une religion et une seule : l’islam. Cherchez un écrit ou une parole de ce monsieur à propos du comportement des cathos intégristes autour et dans les manifestations contre le mariage pour tous. Ou d’autres encore à propos des prières de rue de Civitas. Ou même au sujet du regroupement du monde juif ultra-orthodoxe dans certains quartiers de la Capitale organisés sur un repliement communautariste assumé... Rien ! Pas un mot. Ce pseudo spécialiste de la laïcité fait de l’islamophobie son fonds de commerce. Il utilise la laïcité pour justifier l’injustifiable. Il ne parle pas de lutte pour la Liberté, mais attise l’intolérance à l’altérité et donc le repli identitaire. « Quand la vraie laïcité se fait violer dans le seul but d’éviter de poser la question du nombre d’immigrés en France », écrit-il le 17 janvier dernier dans Atlantico. Ce qui l’intéresse ce n’est pas la laïcité c’est la « théorie du remplacement » du peuple français « de souche » par d’autres peuples, principalement venus du Maghreb et d’Afrique exalté par les groupes identitaires et promue par des intellectuels ou des journalistes qui dénoncent la dissolution de l’« identité française », comme Rioufol ou Zemmour. En décembre 2014 d’ailleurs, Chevrier prendra la défense de Zemmour après que Jean-Luc Mélenchon a dénoncé les propos scandaleux de Zemmour dans le Corriere della Sera.

Etrangement, comme la bande aux Le Pen, ce Guylain Chevrier ne craint pas d’utiliser la formule « UMPS » (25 janvier 2010 in Riposte Laïque). Un hasard peut-être ? Ce qui est certain en revanche, c’est que Guylain Chevrier est un négationniste des discriminations. Ni directe, ni indirecte, ni systémique, selon lui il n’existe aucune discrimination d’Etat en France puisque chacun peut percevoir des prestations sociales. Au-delà de la curiosité du raisonnement, il est bien seul « spécialiste » à nier, avec l’extrême droite, l’existence de discriminations de l’Etat français. Et quand on organise « La journée sans immigrés 24 h sans nous » pour « souligner l’apport indispensable de l’immigration à notre pays », Chevrier n’y voit qu’une tentative de « renverser le problème sans complexe (…) car ne serait-ce pas les immigrés qui doivent une fier chandelle à la France d’y avoir trouvé du travail et un Etat de droit qui n’existe en général pas dans les pays d’où ils viennent ? Et puis, ils ne travaillent pas gratuitement, mais perçoivent un salaire, entretiennent souvent grâce à celui-ci toute une famille ici ou au pays, parfois un village… » (5 mars 2010 in Riposte Laïque). Ils ne sont pas esclaves, alors de quoi se plaignent-ils ?

Il n’est pas besoin d’être encarté au Rassemblement bleu Marine ou au FN pour, au nom de la laïcité, de la République, distiller (légalement) la haine de l’Arabe et du Noir. Et il n’est qu’à voir la déferlante raciste sur les réseaux depuis ce 27 mai pour avoir la certitude que Guylain Chevrier appartient à la « facho-sphère » opposée à l’immigration avec des arguments qui rappellent non pas ceux du Front National, mais pire, ceux des Identitaires.

Les organisateurs de la manifestation de mercredi dernier (l’Observatoire de la laïcité St-Denis et la Dionyversité) ainsi que la municipalité qui a accepté de l’accueillir en la Maison commune pouvaient difficilement ignorer la réelle personnalité de Guylain Chevrier. Ils portent la responsabilité d’avoir participé à la manoeuvre de « respectabilité » des idées du FN et des Identitaires. Ils ont provoqué la vindicte diffamatoire et insultante de la facho-sphère à l’égard de Jean Brafman, véritable militant progressiste (même si je ne suis pas d’accord avec lui sur tous les sujets) qui a été accusé, à tort, d'avoir fomenter l'annulation de la conférence de Chevrier.

Les animateurs de l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis connaissent la porosité qui existe entre la gauche laïque et l’extrême-droite. Ils connaissent des personnes autrefois de leur bord qui se retrouvent conseiller République et Laïcité de Marine Le Pen ou d’autres qui déclarent publiquement : « Oui je suis islamophobe et alors ? La haine de l'islam j'en suis fière. L'islam est une saloperie ..., c'est un danger pour la France. » Ils devraient être particulièrement sensibilisés aux dérives scandaleuses d’ex-compagnons de route. Aussi ont-ils pour le moins pêché par négligence. Par leurs inconséquences des dizaines de camarades sincèrement laïques se font instrumentaliser depuis une semaine… pour le plus grand bonheur des islamophobes et du FN. Et c’est peut-être là la moins pardonnable de leurs erreurs.

jeudi 15 janvier 2015

En soutien à Saïdou et Saïd Bouamama : Nique la France

Ce 20 janvier à 13h30 le rappeur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’expression populaire) et le sociologue et militant Saïd Bouamama sont jugé au TGI de Paris pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence »... suite à une plainte de l’Agrif, un groupe d’extrême droite présidé par Bernard Anthony, militant d'extrême droite nostalgique de l’Algérie française.

En cause, un ouvrage et une chanson du même nom, « Nique la France », qui assène en refrain : « Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes / Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes. »

Mais voilà, cela dépasse, choque et insupporte qu’une telle parole puisse être portée, d’autant plus quand elle l’est par ceux qui subissent en premier lieu les politiques racistes et antisociales. Lorsque des Noirs ou des Arabes font le choix de sortir de l’invisibilité et du mutisme afin de décrire la réalité telle qu’elle est – violente, inégale et destructrice – la droite extrême, l’extrême droite ou encore l’État s’emploient à tenter de convaincre l’opinion publique de l’illégitimité de ces discours. Si les gamins de nos quartier disent « Nique la France » et si la religion devient leur refuge identitaire, c'est bien parce qu’ils n’ont pas l’impression d’être considérés comme Français. C'est parce que notre société ne leur laisse pas d'autre place qu'un strapontin.

La justice devra dire si seul Aragon peut écrire « Je conchie la France impérialiste » et pas Saïd. L’extrême droite veut interdire le droit de chanter la révolte, imposons le droit de l’exprimer sans entraves.

- page 1 de 3