Blog de Christophe Girard, militant à Saint-Denis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 18 mars 2018

Une semaine de grèves et d’actions dans l’éducation en Seine-Saint-Denis à partir du 19 mars

La semaine qui débute est placée sous le signe de la grève et d'actions dans le secteur de l’éducation en Seine-Saint-Denis.

Des actions, des grèves, des AG parents/enseignants, des soirées et des manifestations auront lieu dans le département. Les personnels convergeront à Paris le 22 mars à l’occasion de la grève nationale de la fonction publique.

Les personnels mobilisés et les parents d’élèves réclament de vrais moyens pour l’éducation en Seine-Saint-Denis :
• Construction d’écoles, de collèges, de lycées et d’universités
• Embauches massives pour toutes les catégories de personnels, réemploi et titularisation des précaires
• Classement en REP+ de l’ensemble des écoles, et établissements du 93
• Augmentation massive des dotations horaires et budgétaires de tous les établissements et écoles.

Mais aussi, parce que les réformes nationales en cours frapperont durement les élèves de notre département, qui subissent déjà de nombreuses discriminations et injustices :
• Abandon de la réforme du lycée et de la réforme du bac
• Aucune sélection à l’entrée de l’université
• Abandon du projet de réforme de l’enseignement professionnel.

En parallèle, les agents de service chargés de l’entretien, de la maintenance et de la restauration dans les collèges de Seine-Saint-Denis seront en grève ce lundi et mardi pour protester contre leurs conditions de travail. « Alors que les élèves sont de plus en plus nombreux, nos effectifs eux n’augmentent pas, voire diminuent dans certains établissements. Les absences ne sont presque jamais remplacées quelles que soient leurs durées, nous devons donc pallier le manque d’effectif en faisant parfois le double ou le triple de notre travail au détriment de notre santé », alertent les syndicats FO et Sud Education. Ces agents employés par le conseil départemental manifesteront devant l’Hôtel du Département à 9 h 30 lundi et mardi pour réclamer des moyens supplémentaires.

vendredi 9 mars 2018

Le Département défaillant sur la prévention spécialisée et la protection de la jeunesse

Suite à mon interpellation du département au sujet de sa responsabilité dans la situation de violence dans nos quartiers comme mardi à l'école Descartes, Silvia Capanema ("communiste insoumise") m'a transmis une lettre qu'elle a écrite à Frédéric Molossi (PS).

La vice-présidente à la jeunesse et la lutte contre les discriminations au conseil départemental de Seine-Saint-Denis alerte son homologue chargé de l’enfance et de la famille dans le même conseil sur les graves dangers que font peser la diminution de la présence humaine sur les quartiers et le désespoir des quelques éducateurs qu'il reste. Elle y dénonce la diminution de 500 000 € (un demi million) du financement de la prévention spécialisée.

Ce courrier de décembre dernier n'a pas eu l'heur d'émouvoir ni Frédéric Molossi ni le président Stéphane Troussel... que l'on peut, en toute logique, tenir pour co-responsables de l'insupportable intrusion et agression à l'école Descartes de Saint-Denis, mardi dernier.

Lettre Capanema -> Molossi déc 2017

dimanche 24 mai 2015

Non au bétonnage du Parc de la Courneuve

Ce dimanche nous étions encore deux à trois cents au pique-nique militant contre le bétonnage programmé du Parc Georges-Valbon. Dans le cadre du Grand Paris, le gouvernement veut imposer le bétonnage et la privatisation de notre jardin à tous. Comment ? Par une Opération d’Intérêt National (OIN). Manuel Valls l’a annoncé le 14 avril dernier et la décision finale devrait intervenir en septembre. Le projet prévoit la construction de 24 000 logements (environ 90 000 habitant-e-s). Une ville dans le parc ! Cela amputerait le parc, classé Natura 2000, de 80 hectares d’espaces verts (l’équivalent de 3,5 jardins du Luxembourg). C’est un désastre écologique qui se prépare !

Leur objectif est simple : mettre la main sur le parc pour des profits énormes. Il s’agit tout simplement de faire de notre jardin commun, aménagé depuis 50 ans avec nos impôts, le jardin de quelques-uns, ceux qui auront les revenus nécessaires pour se loger dans le Parc. Après la destruction de milliers d’emplois industriels (PSA Aulnay en 2014), le Grand Paris voudrait repousser les familles populaires plus loin de Paris. C’est un hold-up financier, une privatisation programmée de notre jardin commun !

Répondre à la demande en logement social dans le Grand Paris, ce n’est pas amputer le Parc et amplifier les inégalités selon l’endroit où on habite ! Nous voulons que le Parc reste un jardin pour toutes et tous. Permettre à tous de profiter du Parc : c’est multiplier ses entrées, le rendre accessible depuis tous les quartiers populaires l’entourant et réaliser l’enfouissement de l’autoroute A1 qui pollue notre environnement avec ses 220 000 véhicules par jour et affecte notre santé.

Nous l'avions dit pendant la campagne des départementale et nous n'avons pas changé d'avis : nous refusons ce projet destructeur et nous exigeons que le gouvernement le retire. Avec la plus large mobilisation citoyenne et populaire, c’est possible !

Non à la privatisation de notre jardin commun ! Pas un seul M2 du parc pour les promoteurs immobiliers ! Pour un accès plus facile au parc ! Pour la protection de la biodiversité et l’extension du parc

PIQUE-NIQUE MILITANT tous les dimanches à partir de 12h soutenu par : Association de locataires Au bord du tram, Bagnolet Ecologie, Bondy Ecologie, CNL, Collectif Lamaze, Comité de la Porte de Paris, EELV Saint-Denis, EELV-Ecologie populaire Stains, Ensemble Saint-Denis, Ensemble Vivre Travailler Coopérer, Environnement 93, Femmes Solidaires, Groupe Henry Poulaille de la Fédération Anarchiste, LDH, La Dionyversité (Université populaire de Saint-Denis), Les Bretons de Saint-Denis, Mouvement pour la Paix, NPA, PCF, PG, PSG, Rien ne se perd, Sciences POP’ (Intervention d’Education Populaire à Saint-Denis), Solidaires 93, Sud Collectivités territoriales 93, UL CGT Saint-Denis, Union des Associations des Riverains du Stade de France

Le collectif appelle à une « Manif Promenade » dans le Parc, le 31 mai à 14h (en présence des concepteurs du Parc).

D'ici à là, signez la pétition en ligne : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Manuel_Valls_NON_AU_BETONNAGE_DU_PARC_DE_LA_COURNEUVE_NON_A_CENTRAL_PARK_1/?pv=1

mardi 17 mars 2015

Pour les EELV, Hanotin fait le jeu de la droite et du FN

Les conseillers municipaux du groupe Europe Écologie les Verts de la majorité municipale viennent de publier un communiqué contre la campagne menée par Mathieu Hanotin. En effet, ce dernier n'a de cesse d'attaquer les candidats sur sa gauche et mène sa campagne (pourtant départementale) contre la municipalité PC. Il serait pourtant plus utile de l'entendre sur le choix des Partenariats public-privé (PPP) par le conseil général et ses conséquences pour les finances du département. Il pourrait aussi nous expliquer pourquoi il se comporte comme un patron voyou à Marville. Il serait intéressant de l'entendre sur le bétonnage de 20% du Parc Georges-Valbon envisagé par le Conseil général. Il devrait nous expliquer pourquoi les rames du T5 sont trop petites et pourquoi on ne peut pas rallonger les quais pour transporter dignement les usagers de cette nouvelle ligne de tramway... Il est vrai qu'à la vue du bilan du PS au département, comparable à celui du gouvernement au national, il est plus facile d'éluder.

Communiqué du groupe Europe Écologie les Verts – Majorité municipale de Saint-Denis

Pour le parti socialiste « rien n’a changé à Saint-Denis » depuis les dernières élections municipales. Cette attaque en règle contre l’action municipale vient de fait entacher le travail que le groupe des élus Europe Écologie les Verts mène au sein de la majorité municipale en direction des Dionysiens.

Le PS se trompe d’élection et omet les véritables enjeux des élections départementales : le risque de voir passer à droite le département avec les conséquences que cela aura sur les politiques de solidarité et culturelles ; le danger de la montée du Front National qui confirme son implantation sur le Ville.

Le PS n’a qu’une seule cible, notre majorité qui rassemble le Front de Gauche, le Parti Socialiste de Gauche et Europe Écologie les Verts.

Nous dénonçons ces propos calomnieux du Parti Socialiste et refusons d’être instrumentalisés.

Les habitants de la Seine-Saint-Denis, les Dionysiens méritent mieux que cette manipulation électoraliste au moment où la droite convoite le Conseil départemental et l’extrême droite est toujours plus menaçante.

Cécile Ranguin, Fodil Hamoudi, Sonia Pignot, ZaIa Boughilas, Abdeljhader Chibane, Essaïd Zemouri, Béatrice Geyres.

vendredi 23 janvier 2015

Le PG dionysien s'engage dans la campagne des départementales de mars 2015

COMMUNIQUE DU PG SAINT-DENIS

Elections départementales de mars 2015 à Saint-Denis

Le Parti de Gauche de Saint-Denis appelle ses électeurs à voter Front de Gauche

Plus que jamais notre pays a besoin de l’unité des forces progressistes anti-austéritaires. Evidemment parce que la situation économique et sociale dans laquelle s’enfonce la France ne s’améliore pas. Comment le pourrait-elle quand, en lieu et place de la relance par l’investissement et la consommation, le gouvernement PS renforce l’austérité qui ne fait qu'aggraver encore la situation de notre pays. Il suffit d'observer le résultat des politiques imposées à la Grèce ou l’Espagne par l’Europe : aggravation du chômage, renchérissement du coût de la vie, destruction des services publics, paupérisation de tous à l’exception des riches dont les richesses ne cessent de croître.

Le Parti de Gauche entend combattre ceux, du FN au PS, dont le programme économique ne repose pas sur une juste répartition des richesses, et dont le corollaire est un investissement public massif, notamment dans les services au public, ainsi qu’un véritable engagement idéologique au profit des plus fragiles de notre société. Aujourd’hui, seuls les membres du Front de Gauche portent ce discours, de plus en plus rejoints par EELV et le NPA. De ce constat, le Parti de Gauche de Saint-Denis a souhaité, dès l’automne, que s’engagent des discussions entre les organisations politiques au niveau local en vue de constituer des listes FDG-EELV sur les deux cantons de la ville à l’occasion des élections départementales de mars 2015. Le nouveau mode de scrutin avec un ticket de deux titulaires mixtes plus deux suppléants permettant la représentation de chacun dans sa diversité. Le Parti de Gauche avait en outre proposé la constitution de listes de candidats au travers de mobilisations citoyennes afin de sortir des discussions d’alcôve et d’impulser une dynamique citoyenne ayant pour triple objectif la transparence, l’adhésion du plus grand nombre et l’émergence de vocations électorales au-delà des seuls adhérents aux partis politiques.

Cet objectif n'a pas été atteint, à Saint-Denis, en raison notamment de la priorité donné à un certain nombre de candidats sortants, et de personnalités incontournables du Front de Gauche désignées pour donner davantage de lisibilité à un scrutin nouveau, ainsi que pour mieux faire pièce aux socio-libéraux et à la droite réactionnaire. Si le Parti de Gauche de Saint-Denis admet la valeur de ces impératifs, il ne peut en revanche que déplorer l'absence de démonstration de l’existence d’une alternative politique qu'aurait incarnée un FDG présenté dans toute sa diversité et élargi.

Néanmoins, et parce qu’au sein du Parti de Gauche de Saint-Denis, les femmes et hommes qui oeuvrent à la reconstruction politique d’une gauche dionysienne ont à cœur de maintenir une certaine cohérence politique, et parce qu'à leur sens l'engagement politique ne se mesure par seulement à l'aune du nombre d'élus obtenus, nous nous engagerons dans la campagne et nous soutiendrons dans les urnes le Front de Gauche. Les risques de voir des forces libérales gangréner le Conseil Général sont réels. Face à l’UMP-UDI, au Grand Paris libéral, au FN, aux PPP et aux politiques antisociales du PS, nous appelons les électeurs du Parti de Gauche à voter pour les candidats du Front de Gauche.

Le Parti de Gauche met toutefois ces derniers en garde contre toute tentative d’arrangements politiques avec la social-démocratie. Il n'est en effet pas possible de laisser penser aux citoyens que la gauche radicale peut durablement codiriger un département avec une présidence qui s'est illustrée par une politique particulièrement droitière (PPP, baisse des subventions, application de l'austérité aux cantines scolaires...). Aussi, le Parti de Gauche dénoncera vigoureusement toute collusion avec les politiques droitières des conseillers généraux élus sous l’étiquette Front de Gauche. Sur le terrain, le Parti de Gauche continuera à agir pour une reconstruction politique citoyenne. Nous en appelons à nos partenaires historiques et récents parce que la gauche radicale se doit porter toutes les questions politiques (la transition écologique, le travail, l’égalité, le logement…) au plus près des citoyens au travers d’un renouveau démocratique seul à même d’éviter les arrangements, calculs ou compromissions peu glorieux que les responsables politiques français donnent trop souvent à voir. Très prochainement, des cycles de rencontres citoyennes seront donc organisés dans les différents quartiers de Saint-Denis. Débattre, échanger, construire, voilà les maîtres mots qui guident notre engagement.

Saint-Denis, le 23 janvier 2015

- page 1 de 3