Blog de Christophe Girard, militant à Saint-Denis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 14 juin 2017

Nouveaux soutiens en faveur d'Eric Coquerel #Circo9301

Marie-George Buffet : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874900565423161344

La Compagnie Jolie Môme : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874894279956680705

Clémentine Autain : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874729940121464836

Jacqueline Rouillon : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874727609359269888

Henri Pena-Ruiz : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874669569734062080

Noël Mamère : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874648084466327552

Frédéric Durand : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874643497093038080

Quentin Chaix : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874630352903524353

Dina Deffairi-Sissac : https://twitter.com/93Coquerel2017/status/874679461999980545

Elu-e-s de Saint-Denis : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=673402712861360&id=302592566609045

Philippe Caro : https://www.caro2017.net/single-post/2017/06/13/Merci-de-vous-en-%C3%AAtre-m%C3%AAl%C3%A9-

mardi 13 juin 2017

Déclaration d'Eric Coquerel à l'issue du 1er tour

Les résultats du premier tour de l'élection législative dans la 1ère circonscription, comme au niveau national, sont marqués par une abstention vertigineuse (50,63% au plan national, 63 % dans notre circonscription), mais aussi par le bon résultat de France Insoumise avec 74 qualifications pour le second tour. Cela démontre qu'il n'y a pas de fatalité à une majorité pour détruire le code du travail, réduire les libertés publiques, cajoler les riches et poursuivre sur la voie de l'irresponsabilité écologique.

Dans ce contexte, le deuxième tour m'opposera au candidat de la République en Marche. Je remercie les citoyens qui m'ont apporté leurs suffrages et je les invite à renouveler leur vote pour le deuxième tour.

J'appelle également tous ceux qui refusent de donner les pleins pouvoirs à Macron à se rassembler sur ma candidature. J'adresse par ailleurs un appel aux milieux populaires et à la jeunesse, qui se sont moins mobilisés cette fois-ci que pour l'élection présidentielle : par votre vote, vous pouvez cette fois l'emporter et faire grandir à l'Assemblée Nationale une opposition écologique et sociale.

Je souhaite que la courte campagne de second tour permette un sursaut de participation. Pour cela, il est nécessaire qu'elle soit l'occasion d'éclairer nos concitoyens sur la teneur des deux projets de société que nous portons l'un et l'autre.

C'est pourquoi je propose à Sébastien Menard un débat public et j'invite les médias à l'organiser.

Eric Coquerel,
Candidat de la France Insoumise dans la 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis

vendredi 9 juin 2017

Lettre de Jean-Luc Mélenchon

Madame, Monsieur,

Chers insoumis,

L'enjeu de l'élection législative a changé de nature ces dernières heures. Quatre jours avant le vote nous apprenons par le journal « Le Parisien » l'ampleur de la remise en cause du code du travail prévue par le gouvernement de monsieur Macron. Trois jours avant le vote, grâce au journal « Le Monde », nous découvrons un projet de transposition dans le droit commun des dispositions de l'Etat d'urgence. Ainsi tout le droit social et tout le système des libertés individuelles de notre pays sont désormais en cause.

Dans le premier cas il s'agit d'un coup d'état social puisque les parlementaires ne pourraient discuter ni amender une seule des décisions prévues par les ordonnances. Pourtant des milliers de questions très précises concernant la vie quotidienne des salariés sont en en cause : la durée du travail, les salaires, le droit d'alerte et celui de retrait en situation de danger, les motifs de licenciements, et ainsi de suite. Un siècle de luttes et de compromis sociaux vont être abrogés.

Dans le second cas toutes les protections qui garantissent les libertés individuelles vont être remises en cause. Par exemple les perquisitions à domicile et les mises en résidence surveillées pourront être ordonnées par le ministre de l'intérieur et les préfets sans aucune autorisation préalable d'un juge ! De même pour la surveillance des conversations privées téléphoniques. Et ainsi de suite.

Peut-être n'est-ce pas tout. Raison de plus pour refuser fermement de donner les pleins pouvoirs à Monsieur Macron comme il le réclame. Nos bulletins de vote prennent donc le sens précieux d'une mobilisation pour la défense de nos acquis sociaux et de nos libertés individuelles.

Si ceux qui ont voté pour le programme « L'avenir en commun » dont j'ai été le candidat à l'élection présidentielle confirment leur soutien à ce projet en votant pour les candidats de « La France Insoumise », nous serons le groupe de députés décisifs à l'Assemblée nationale. Les bulletins de vote marqués du logo « PHI » seront dans tous les bureaux de vote du pays. On ne peut se tromper.

Sur le terrain l'accueil qui est réservé à nos candidatures est bon. Parfois la présence au second tour se jouera à quelques voix comme à la présidentielles même si nous sommes en tête de toute l'opposition au système Macron. J'appelle donc a ne pas disperser les voix qui se sont rassemblées avec « La France insoumise » en avril dernier.

Enfin je remercie toutes les personnes qui ont manifesté leur solidarité en public comme en privé pendant l'interminable campagne de dénigrement qui s'est abattue sur moi sans limite de décence.

Je vous assure de mon engagement fidèle et constant au service de l'idéal humaniste écologique et social qui est le notre.

mercredi 26 avril 2017

Etrange affiche de Jeanne-Marine Le Pen pour le 2nd tour

Jeanne-Marine Le Pen

Demande de rectificatifs au Parisien

Ce matin, le Parisien publie un article intitulé "Sur la 2e circonscription, ils veulent l'étiquette France insoumise" bourré d'erreurs factuelle.

En voici la teneur : « Deux personnalités se disputent l'investiture France insoumise sur la 2 e circonscription : d'un côté, Stéphane Peu, militant PCF et maire adjoint à Saint-Denis en charge de l'urbanisme ; de l'autre, Christophe Girard, ex-maire adjoint dans la même commune et militant, lui, du Parti de gauche. « Je fais partie du staff national de Jean-Luc Mélenchon sur les questions de logement entre autres. Et il y a plus d'un an, j'ai été choisi par plus de 200 militants France insoumise », argumente Stéphane Peu, qui s'estime le plus légitime. Il a en outre reçu il y a quelques semaines le soutien du groupe local Saint-Denis insoumise... qui enchaîne cette semaine les réunions pour réévaluer la situation. « Je suis l'initiateur du mouvement de Jean-Luc Mélenchon en Seine-Saint-Denis », affirme de son côté Christophe Girard. Qui ajoute : « Pour l'instant, il n'y a pas de candidat officiel désigné par les instances nationales. Stéphane Peu ne peut donc pas s'en revendiquer, et moi, je suis candidat à l'investiture. Mais qu'il y ait plusieurs candidats, ce n'est pas un problème, c'est le jeu de la démocratie. » T.P. (avec G.B.)"

J'ai demandé au journaliste un correctif lui indiquant que les propos que nous avons échangés il y a quelques semaines étaient totalement déformés.

En effet, je ne lui ai jamais prétendu être « l'initiateur du mouvement de Jean-Luc Mélenchon en Seine-Saint-Denis », mais lui ai fait part de mon soutien à JLM depuis avant même sa déclaration de candidature, et d'avoir été à l'initiative du groupe de soutien à Saint-Denis... la ville, pas le département.

Je lui exprime mon étonnement de lire que Stéphane Peu fait « partie du staff national de Jean-Luc Mélenchon sur les questions de logement entre autres » : une simple vérification auprès de l'équipe de campagne de JLM2017 lui aurait permis d'apprendre qu'il n'en est rien. Emmanuel Bompard, le directeur de campagne de JLM, et Leïla Chaïbi, animatrice du groupe de travail Logement du programme de France Insoumise, me précisent d'ailleurs ce matin qu'il n'a même pas été auditionné pour le livret "Pour un logement universel et durable" et qu'il n'a jamais adressé la moindre contribution à l'équipe de campagne.

Enfin pour qu'il puisse rectifier son article, je lui ai précisé qu'à aucun moment Stéphane Peu n'avait reçu le soutien du groupe local de Saint-Denis l'insoumise, contrairement à ce qu'il prétend. Une partie du groupe estime que l'investiture France insoumise pourrait lui être attribuée, une autre non. La question n'est pas tranchée. C'est d'ailleurs ce que j'avais dit au journaliste lors de notre entretien téléphonique.

Quant à celui qui confond « 200 militants de France insoumise » avec ceux du PCF, il devrait immédiatement cesser de s'intéresser à la politique.

- page 1 de 10