J'ai assisté à nombre de conférences débats au cours desquelles intervenait Henri Peña-Ruiz et je n'ai jamais pu être en accord avec son propos, alors que je suis farouchement laïque. Je suis encore en désaccord avec les propos qu'il a tenus il y a quelques jours à l'occasion des journées d'été de la France insoumise. Il y a dit : «On a le droit d’être athéophobe comme on a le droit d’être islamophobe. En revanche, on n’a pas le droit de rejeter des hommes ou des femmes parce qu’ils sont musulmans. Le racisme, et ne dévions jamais de cette définition sinon nous affaiblirons la lutte antiraciste, le racisme c’est la mise en cause d’un peuple ou d’un homme ou d’une femme comme tel. Le racisme antimusulman est un délit. La critique de l’islam, la critique du catholicisme, la critique de l’humanisme athée n’en est pas un.»

Les réseaux sociaux se sont enflammés sur le «On a le droit d'être islamophobe». Les défenseurs de Peña-Ruiz rétorquent juste que la citation est hors de tout contexte... alors que le problème est entier.

Effectivement, l'"islamophobie", dont parle Peña-Ruiz n'a aucun rapport avec l'islamophobie de notre quotidien. Cette islamophobie de tous les jours qui n'est que le faux-nez du racisme anti-"Arabes" au travers duquel le FN et autres RN ont trouvé le moyen de dépénaliser leur discours raciste... suivis par des Sarkozy et leurs "musulmans d'apparence" puis par certains anciens camarades qui aujourd'hui distillent les opprobres les plus abjectes sur une partie de nos concitoyens au nom de "la promotion du commun et de la laïcité".

C'est justement pour cela que les propos de Peña-Ruiz sont déplacés. Parce qu'ils nient la perversion de la laïcité par des racistes. Parce qu'ils nient la souffrance de ceux qui sont victimes de ce racisme repeint en "laïcité". Parce qu'ils cautionnent le rejet de l'altérité. Parce qu'ils sont tenus dans le cadre d'une manifestation de la France Insoumise où l'on promeut l'universalisme républicain. Ce serait pourtant une faute morale de nier l’existence en France d'un racisme anti-Maghrébins, notamment chez les générations âgées ayant connu la guerre d’Algérie comme dans les populations laborieuses qui subissent les premiers les effets des crises économiques. Ce serait une grave erreur politique de ne pas combattre ce racisme, comme tous les racismes. Comme s'en serait une aussi de laisser la laïcité être pervertie par des racistes.

Pour ces raisons, rien ne justifie la défense au droit à l'islamophobie, quand on se prétend de gauche !

#

Mes camarades élu-es insoumis-es de Saint-Denis ont rendu publique ce jour une déclaration à laquelle je souscris pleinement :

De_claration_e_lu-es_Fi_St-Denis_islamophobie-img.jpg