Suite à mon interpellation du département au sujet de sa responsabilité dans la situation de violence dans nos quartiers comme mardi à l'école Descartes, Silvia Capanema ("communiste insoumise") m'a transmis une lettre qu'elle a écrite à Frédéric Molossi (PS).

La vice-présidente à la jeunesse et la lutte contre les discriminations au conseil départemental de Seine-Saint-Denis alerte son homologue chargé de l’enfance et de la famille dans le même conseil sur les graves dangers que font peser la diminution de la présence humaine sur les quartiers et le désespoir des quelques éducateurs qu'il reste. Elle y dénonce la diminution de 500 000 € (un demi million) du financement de la prévention spécialisée.

Ce courrier de décembre dernier n'a pas eu l'heur d'émouvoir ni Frédéric Molossi ni le président Stéphane Troussel... que l'on peut, en toute logique, tenir pour co-responsables de l'insupportable intrusion et agression à l'école Descartes de Saint-Denis, mardi dernier.

Lettre Capanema -> Molossi déc 2017