Le député de la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis n'avait pas voulu se prononcer publiquement sur la constitutionnalisation de l'état d'urgence jusqu'ici malgré différentes interpellations. Mais enfin, au détour d'une triplette de tweets (reproduits ci-dessous) il dévoile en creux sa position quant à cette question : ce n'est pas un problème qui ferait peser un danger sérieux sur nos libertés démocratiques, individuelles, sociales et politiques. Si la question de la déchéance de nationalité est évacuée il vote pour l'état d'urgence permanent.

decheanceHanotin.jpg

Le député s'était déclaré "Charlie" en janvier dernier, mais probablement est-il trop inexpérimenté pour savoir ce que voulait dire se revendiquer de Choron, Wolinski, Defeil de Ton ou autre Willem. La liberté d’information, d’expression, de manifestation et de réunion ne peut être bradée à aucun prix.

La gouvernance de la peur, celle qui n’offre aucune sécurité mais qui assurément permet de violer nos principes les plus essentiels, n'émeut pas notre député, quand bien même elle serait l'apanage de l'extrême droite. Que des militants de la cause écologique soient assignés à résidence, que des manifestations pacifistes soient interdites, que des militants politiques, associatifs et syndicalistes soient arrêtés et que les contrôles au faciès se multiplient ne troublent pas le sommeil de notre Haroun El Poussah local, sourd et aveugle aux méfaits de Manuel Iznogoud Valls.