Le Parti de Gauche a été évincé de la liste "Ensemble nous sommes Saint-Denis" (sic!).

La nouvelle liste conduite par Didier Paillard, résultant de la fusion d'entre deux tours avec la liste du Parti Socialiste de Gauche (emmenée par Georges Sali et soutenue par le Modem) a été déposée alors que les négociations étaient encore en cours ! Sans en avoir été prévenu, le Parti de Gauche n'a plus de candidat sur cette liste. Une telle élimination remet en cause les fondements politiques mêmes du Front de Gauche, rassemblement dont le PCF et le Parti de Gauche sont à l'origine.

A Saint-Denis, le PS a voulu la confrontation politique avec la municipalité sortante. Le Parti de Gauche a considéré dès le début que le maintien d'un maire communiste dans une ville de plus de 100 000 habitants aux portes de Paris contrecarrait la volonté hégémonique du PS, les ambitions personnelles de ses membres et ses conceptions néo-libérales de la gestion locale.

La volonté de rassembler affichée par Didier Paillard n'est-elle qu'une façade ?

Nous pouvons le penser tant le Parti de Gauche a été méprisé : l'un de ses sortants a été rétrogradé en position inéligible, le PG a été menacé de ne pas disposer d'une délégation... Le secrétaire national du PG a même été jugé indésirable lors de la grande réunion publique du 14 mars au cours de laquelle étaient invités les représentants des autres forces du prétendu rassemblement !

Saint-Denis était jusqu'à présent la plus grande municipalité française dirigée par le Front de Gauche, elle a valeur de symbole national. Exclure le Parti de Gauche de sa gestion est un signal politique lourd de conséquences.

A la suite de ces trahisons politiques, morales et électorales, la liste conduite par Didier Paillard ne peut plus se revendiquer du Front de Gauche. En outre, le logo du Front de Gauche ne peut légalement plus figurer sur les tracts et affiches de la campagne.

Personne ne peut cautionner ces méthodes qui excluent de fait une composante majeure de la vie politique nationale.

Nous appelons donc les Dionysiennes et les Dionysiens à voter blanc au second tour des élections municipales.

Précision du 28 mars. Ce communiqué est celui du Parti de Gauche de Saint-Denis, réuni le 25 mars à 18h30.