Ce matin je participais au 5e mouvement syndical contre la fermeture de la Banque de France à Saint-Denis depuis septembre 2012. Il faut savoir que le réseau de la Banque de France s’occupe notamment de la gestion des dossiers de surendettement, du traitement de l’exclusion bancaire (avec les procédures de droit au compte, l’information et les droits d’accès aux fichiers d’interdiction bancaire), le traitement de la circulation fiduciaire et bien d’autres missions au service de la collectivité nationale. Or ce service public est en danger.

BNF20130416.jpg

Sur Saint-Denis, en 2012, ce sont 2365 dossiers de surendettement déposés à nos guichets, 1075 procédures de droit au compte menées à terme, 2855 cotations d’entreprises validées et plus de 15000 usagers reçus aux guichets.

Le gouverneur, Christian Noyer a décidé d’un vaste plan de restructuration entraînant 2000 suppression d’emploi dans le réseau et des dizaines de fermetures de sites, alors que l’institution a dégagé 8 milliards d’euros de bénéfices l’an dernier. Le Gouverneur prévoit la transformation de la succursale de Saint-Denis en coquille vide. Pour mémoire, Christian Noyer est celui qui déclarait le 10 avril dernier : « La France doit très largement geler les retraites, les prestations sociales et les salaires des fonctionnaires pour réduire son déficit public à 3% du PIB l'an prochain. » Rien de moins.

Contre ce projet désastreux pour le service public de proximité, notamment pour les populations les plus fragiles et les PME, il convient de revendiquer l'impératif besoin d’une véritable implantation de la Banque de France prenant en charge l’ensemble des activités, de l’accueil au traitement des dossiers, à Saint-Denis, 3e ville d’Ile-de-France, sous-préfecture d’un des départements les plus pauvres mais connaissant aussi un développement économique de premier ordre.

Ce point fera l'objet d'une discussion au conseil municipal de jeudi 25, avec la présentation d'un voeu à l'adresse du Gouvernement et du Gouverneur de la Banque de France, déposé par les élus Front de Gauche.