Blog de Christophe Girard, militant à Saint-Denis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 18 mars 2018

Une semaine de grèves et d’actions dans l’éducation en Seine-Saint-Denis à partir du 19 mars

La semaine qui débute est placée sous le signe de la grève et d'actions dans le secteur de l’éducation en Seine-Saint-Denis.

Des actions, des grèves, des AG parents/enseignants, des soirées et des manifestations auront lieu dans le département. Les personnels convergeront à Paris le 22 mars à l’occasion de la grève nationale de la fonction publique.

Les personnels mobilisés et les parents d’élèves réclament de vrais moyens pour l’éducation en Seine-Saint-Denis :
• Construction d’écoles, de collèges, de lycées et d’universités
• Embauches massives pour toutes les catégories de personnels, réemploi et titularisation des précaires
• Classement en REP+ de l’ensemble des écoles, et établissements du 93
• Augmentation massive des dotations horaires et budgétaires de tous les établissements et écoles.

Mais aussi, parce que les réformes nationales en cours frapperont durement les élèves de notre département, qui subissent déjà de nombreuses discriminations et injustices :
• Abandon de la réforme du lycée et de la réforme du bac
• Aucune sélection à l’entrée de l’université
• Abandon du projet de réforme de l’enseignement professionnel.

En parallèle, les agents de service chargés de l’entretien, de la maintenance et de la restauration dans les collèges de Seine-Saint-Denis seront en grève ce lundi et mardi pour protester contre leurs conditions de travail. « Alors que les élèves sont de plus en plus nombreux, nos effectifs eux n’augmentent pas, voire diminuent dans certains établissements. Les absences ne sont presque jamais remplacées quelles que soient leurs durées, nous devons donc pallier le manque d’effectif en faisant parfois le double ou le triple de notre travail au détriment de notre santé », alertent les syndicats FO et Sud Education. Ces agents employés par le conseil départemental manifesteront devant l’Hôtel du Département à 9 h 30 lundi et mardi pour réclamer des moyens supplémentaires.

Occupation de la Basilique et suite

Aujourd'hui 150 sans papiers ont pénétré dans la Basilique de Saint-Denis. Ils revendiquaient le retrait du projet de loi du gouvernement sur l'immigration, la régularisation de tous les sans-papiers et la liberté de circulation, ainsi que des conditions dignes d'accueil en Préfecture, d'hébergement et de logements pour tous et toutes.

Au bout d'une heure la police est intervenue très brutalement contre les occupants sans la moindre discussion ni sommation. Les représentants de l'église n'avaient pas demandé l'évacuation mais comme le bâtiment dépend aussi des monuments historiques ils ont pu se permettre cette intervention.

De nombreuses vidéos ont été tournées qui témoignent de la brutalité policière. Gaz lacrymogène dans les yeux, coups de matraque, coups de pied, ont fait plusieurs blessés parmi les sans papiers dont au moins l'un d'entre eux a été hospitalisé, et parmi les soutiens. Pierre Garelli, président de la coordination 93, a été arrêté et placé en garde à vue.

Une manifestation des sans papiers et des soutiens s'est rendu alors devant le commissariat pour exiger sa libération qui a été effective à 18h. Il est toutefois inculpé de rébellion et convoqué demain lundi 19 mars à 14h au commissariat.

Il a été décidé de se rassembler devant la mairie de Saint-Denis demain à 13h30 pour l'accompagner et exiger l'abandon de toutes les poursuites à son encontre.

Une réunion de bilan de la manifestation du 17 mars et de l'initiative d'aujourd'hui est proposée à tout le collectif unitaire de Saint-Denis le vendredi 23 mars à 18h30 à la bourse du travail de Saint-Denis.

Décès de Hayat Dhalfa

Hayat Dhalfa

Ma camarade audonienne Hayat Dhalfa a finalement été emportée samedi par la maladie qui la rongeait depuis des années. Je suis triste comme, je l’imagine, tous ceux qui la connaissaient.

Je me souviens que c’est avec elle que nous avons créé le Parti de gauche sur l’ouest de la Seine-Saint-Denis. Elle avait une double obsession ; l’une qui est bien évidemment liée à son territoire d’intervention, l’autre liée à sa capacité d’agir quand on ne souhaite pas s’adapter au monde tel qu’il est. Voilà pourquoi elle refusait que l’on puisse considérer qu’il y ait des territoires “perdus pour la République”. Et aussi pourquoi elle était convaincue que le volontarisme politique qu’il nous fallait pour aborder les questions d’égalité, de partage des richesses, de l’Etat Social, de transformation social - pour ne pas céder à l’ethnicisation de la République ( dans ses formules sympathiques comme la diversité, comme dans celles qui le sont moins comme les quotas ou le fichage ethnique) - exigeait un front politique pour les élections certes mais aussi pour l’action de proximité.

Hayat Dhalfa Création PG
Hayat Dhalfa au meeting de création du Parti de Gauche - Novembre 2009 - L'Ile-Saint-Denis

Je me souviens aussi que c’est elle, au cabinet de Gilles Poux, qui a monté tout le dossier de saisine de la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) en 2009 par la Ville de La Courneuve pour “discrimination territoriale”. Cette action a conduit le législateur à intégrer un 19e critère de discrimination (en plus de l'origine, la religion, le sexe, l'âge, le handicap, etc.) : le critère de l'adresse. Selon la Halde : ”Les discriminations individuelles qui s'exercent sur les habitants des quartiers en raison de leur lieu de résidence traduisent l'existence de stéréotypes et préjugés sur les territoires en difficulté.” L’Histoire retiendra que les honneurs ont été rendus à Gille Poux. Nous, nous savons que cette victoire, nous la devons à Hayat.

Je me souviens encore de l’incroyable campagne législative que nous avons menée en 2012 sur la 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis. Personne ne donnait cher de sa candidature contre le “monstre” Le Roux. Elle est arrivée seconde au 1er tour, avec 17.86% des suffrages. Le troisième meilleur score d’un candidat PG à ces élections. Que de moments de vie extraordinaires avec des coups de gueule, de la fatigue, des pleurs... mais Ô combien de belles rencontres, d’amitié et de tranches de rigolade.

Malgré un état de santé déclinant elle a activement participé à la campagne législative d’Eric Coquerel dont elle a assuré la co-présidence du comité de soutien. Le député témoigne : “Sans elle je ne serai pas député aujourd'hui, sans sa maladie je suis convaincu que ce serait elle la députée FI de notre circonscription.” 

Je me souviens effectivement de son énergie et de sa ténacité qui la conduisait à ne jamais se considérer comme battue avant d’avoir livré l’ultime bataille. Elle est morte comme elle a vécu. En se battant.

Nous nous en souviendrons.

Hayat Dhalfa

Balade urbaine et critique sur les JO

Balade urbaine et critique Si c'est officiellement Paris qui organise les Jeux olympiques et paralympiques 2024, Saint-Denis accueillera en réalité une partie des compétitions et des infrastructures. Parmi les sites restant à construire : le village olympique et le centre aquatique, à quelques centaines de mètres l'un de l'autre. Nous les parcourons, entre Pleyel et la Plaine Saulnier, pour mesurer l'ampleur des transformations à venir. Ces sites ont été choisis pour leur proximité avec le Stade de France mais surtout avec la future gare du Grand Paris et les projets d'immobilier de bureaux. Il faut donc comprendre ces aménagements à l'échelle du Grand Paris.

Rendez-vous
le SAMEDI 24 MARS 2018 à 10 heures
Place des Pianos à Saint-Denis
M° Pleyel

La notion d'héritage urbain, environnemental et économique a été mise en avant dans le dossier de candidature, mais quels sont les impacts négatifs à prévoir ? Expulsions, spéculation, privatisation de l'espace ?

Quels seront les outils d'urbanisme d'exception utilisés pour construire au plus vite ces deux sites ?

Les habitants de Saint-Denis auront-ils leur mot à dire et comment verront-ils évoluer leur quotidien, leur quartier pendant et après l'été 2024.

Inventons la metropole - Pleyel Lumieres

La votation sur le nucléaire touche à sa fin

votation_20nucleaire2.jpgLa votation citoyenne sur la sortie du nucléaire touche à sa fin. Le vote sera clos dimanche 18 mars à 17H.

Si vous n'avez pas encore participé au vote, c'est le moment de le faire !

En ligne, cela prend moins d'une minute. Pour participer, rendez-vous sur le site de la votation et cliquez sur « Je vote en ligne ». nucleaire.vote/

Resultat_20votation_nucleaire.jpgANNONCE DES RÉSULTATS DIMANCHE 18 MARS À 18H

Les résultats de la votation citoyenne sur la sortie du nucléaire seront annoncés à l'occasion d'une émission en direct qui sera diffusée dimanche 18 mars à 18H.
https://nucleaire.vote/resultats/

-

2019 incidents nucléaire

- page 2 de 60 -